Costa Rica : brut et sauvage

Cher Costa Rica,

Nous voilà à peine rentrés, que tu nous manques déjà ! Imprévisible, tu ne nous auras pas épargnés. A chaque jour sa surprise, bonne ou mauvaise… Nous ne t’en voulons pas, nous avons passé trois magnifiques semaines.

Tu n’es pas féérique, tu n’es pas idyllique, non. Tu es sauvage, et c’est ça que nous avons aimé chez toi. Nous n’étions pas les premiers, et nous ne serons pas les derniers à venir te rendre visite, c’est certain. Surfeurs, randonneurs, explorateurs, amateurs de sensations fortes, ou adeptes du farniente, tous y trouveront leur compte…

Car tu as mille visages et mille choses à offrir, car tu es multiple, élémentaire. L’eau, le feu, la terre et l’air sont partout, pour nous offrir les plus beaux des spectacles.

Voyage au Costa RIca

Cher Costa Rica, tu as fait de nous des pilotes de rallye, en nous faisant rouler sur l’impensable. Mais parcourir tes routes, tes pistes et traverser tes rivières est une aventure en soi, avec la récompense d’évoluer dans un théâtre à ciel ouvert.

Tu nous a un peu déçu aussi… Toi pourtant réputé indompté, tu sais très bien t’organiser dans certains lieux très visités. C’est de bonne guerre, et c’est un petit paradoxe que nous n’avons pas beaucoup rencontré certes, mais qui nous a fait réfléchir. Par la suite nous avons fui ces endroits, et c’est pour le mieux.

Cher Costa Rica, nous nous rappellerons de la gentillesse des Ticos qui vivent chez toi, qui nous ont offert leur aide lorsqu’on en a eu besoin et nous ont accueillis à bras ouverts.

Nous n’oublierons pas le parfum de ta végétation chauffée par le soleil, le goût de tes délicieux fruits, la chaleur du sable sous nos pieds.

Nous nous souviendrons avec bonheur de notre randonnée sur le volcan Arenal, des ponts suspendus de Monteverde, de cette petite tortue venue faire son nid sur la plage, des demis tours, des gués à traverser et de ceux qu’on a pas pu traverser, du bateau à Cano Negro, de tes plages paradisiaques, de la sauvage péninsule d’Osa, de ces moments que tu nous as offert, seuls au monde, et de tant d’autres choses encore … !

Pura vida !
Les deux du Bazar


5 commentaires

    • unbazarpourdeux dit :

      Hello ! Merci Arnaud de nous avoir laissé un commentaire 🙂 Oui, vraiment c’est à faire ! Et c’est même encore mieux que tout ce qu’on peut raconter, on te le recommande ! A très bientôt !

  1. Carole dit :

    Merci pour ce témoignage prometteur de belles soirées à raconter …. Et bon retour chez vous ⭐️
    À la faveur de votre voyage j’ai lu plein de poèmes de Heredia , il est né au Costa Rica … Rencontre de hasard et petit cadeau pour vous … Je vous embrasse!

    C’est un vallon sauvage abrité de l’Euxin ;
    Au-dessus de la source un noir laurier se penche,
    Et la Nymphe, riant, suspendue à la branche,
    Frôle d’un pied craintif l’eau froide du bassin.

    Ses compagnes, d’un bond, à l’appel du buccin,
    Dans l’onde jaillissante où s’ébat leur chair blanche,
    Plongent, et de l’écume émergent une hanche,
    De clairs cheveux, un torse ou la rose d’un sein.

    Une gaîté divine emplit le grand bois sombre.
    Mais deux yeux, brusquement, ont illuminé l’ombre.
    Le Satyre !… Son rire épouvante leurs jeux ;

    Elle s’élancent. Tel, lorsqu’un corbeau sinistre
    Croasse, sur le fleuve éperdument neigeux
    S’effarouche le vol des cygnes du Caÿstre

    • unbazarpourdeux dit :

      Merci Carole pour ce petit extrait 🙂 Nous sommes bien rentrés, un peu fatigués mais ravis de ce beau voyage !! A très bientôt ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :