Book review du livre La femme aux fleurs de papier de Donato Carrisi

La femme aux fleurs de papier

LA FEMME AUX FLEURS DE PAPIER
– Donato Carrisi

Book review du livre La femme aux fleurs de papier de Donato Carrisi
| Quatrième [
La nuit du 14 au 15 avril 1912, tandis que le Titanic sombrait au beau milieu de son voyage inaugural, un passager descendit dans sa cabine de première classe, revêtit un smoking et remonta sur le pont. Au lieu de chercher à sauver sa peau, il alluma un cigare et attendit la mort. Le 14 avril 1916, dans les tranchées du mont Fumo, quatre ans jour pour jour après le naufrage du Titanic, un soldat italien est fait prisonnier. À moins qu’il ne révèle son nom et son grade, il sera fusillé le lendemain à l’aube. Jacob Roumann, médecin autrichien, n’a qu’une nuit pour le faire parler. Mais le prisonnier veut diriger l’interrogatoire. Sa vie, décrète-t-il, tient non pas à une, mais à trois questions :
« Qui suis-je ?
Qui est Guzman ?
Et qui était l’homme qui fumait sur le Titanic ?  »
De cet instant se noue entre les deux ennemis une alliance étrange autour d’un mystère qui a traversé le temps et su défier la mort.]|

 


En plein coeur de la Grande Guerre, ce roman sur fond de huis clos est hypnotisant. A l’image de Jacob Roumann, l’un des principaux protagonistes, nous sommes fascinés et tenus en haleine de la première à la dernière page par le récit du prisonnier Italien. Bien écrit et bien construit, ce roman se présente comme un arrêt sur image, une situation décrite, un moment vécu, une histoire racontée, à un instant précis. Un dénouement peut être un peu frustrant, qui pourra laisser songeur, mais en tout cas, qui ne fait pas regretter la lecture. L’histoire qui nous est contée nous emporte littéralement dans un enchevêtrement d’autres récits, d’autres contes, d’autres narrations, de parcours, de voyages, d’aventures, et c’est un vrai plaisir !

Psst : dans ce bouquin, ça clope du début à la fin, alors si vous arrêtez de fumer passez votre chemin !


4 commentaires

  1. chirurgie esthetique Tunisie dit :

    « En plein coeur de la Grande Guerre, ce roman sur fond de huis clos est hypnotisant. A l’image de Jacob Roumann, l’un des principaux protagonistes, nous sommes fascinés et tenus en haleine de la première à la dernière page par le récit  » Ce genre est appelé littérature des prisonniers ou écrivains en exil un genre très lu dans le monde et a ses fans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :